PROVINCE DE TSHOPO

    Madeleine NIKOMBA SABANGU

    Gouverneur de province 

    Section I : Identification de la province
    Section II : Données géographiques, administrative et particularités de la province
    Historique de la création de la province

    La province de la Tshopo est une des provinces issues de démembrement de l’ancienne Province Orientale. Elle hérite le chef-lieu de l’ancienne province démembrée, Kisangani et elle a une superficie de 199 567 km2. Elle est la plus grande des 26 provinces que compte la RD Congo après l’effectivité des travaux de la décentralisation. La ville de Kisangani est la plus grande ville de la province et chef-lieu des institutions provinciales. La province de la Tshopo est une province à potentiel agro-forestier assez remarquable avec une population généralement accueillante.

    Coordonnées géographiques

    La province de la Tshopo est située entre 0°31’00’’L N et 25°11’59’’ L E. Elle est entourée de huit provinces. A L’Est par l’Ituri, à l’Ouest par la Tshuapa, au Nord par le Bas-Uélé et au Sud par le Maniema. Dans sa partie Nord-Est, c’est le Haut-Uélé, au Nord-Ouest la Mongala, au Sud-Est le Nord Kivu et enfin, le Sankuru au Sud-Ouest.

    Sol, climat, relief et hydrographie

    Les grands groupes dominants des sols dans la Tshopo sont des ferralsols et les ferrisols sur roches non différenciées, les ferralsols des plateaux de types de Yangambi, les arreno- ferralsols sur sable de type Salonga et les sols tropicaux récents. Ces derniers ainsi que les ferralsols sont réputés sols à aptitude agricole moyenne. Les forêts de la Province de la Tshopo sont du type équatorial dense et humide.

    Située sur la zone équatoriale, la province de la Tshopo est dominée par le Climat équatorial continental. La température annuelle moyenne de la province est 23,9° C avec un maximum de 30° C et un minimum.

    Le relief est quasiment dominé par la plaine dont l’altitude est comprise entre 200 et 500 m et qui se situe dans la cuvette centrale. Des précipitations abondantes sont enregistrées entre les mois de septembre et novembre dans la Tshopo où elles atteignent une hauteur maximale de 2000 mm/ an à Yahuma.

    Le fleuve Congo traverse la Province de la Tshopo en diagonale du Sud- Est au Nord-Ouest pour atteindre la Province de Mongala. Les grandes rivières de la province sont la Tshopo, Lindi et l’Aruwimi (Bafwasende et Banalia), la Lomami et Lobae (Opala et Basoko) et Lowa en territoire d’Ubundu à la limite des territoires de Kailo et Punia dans le Maniema voisin.

    Subdivision administrative de la province

    La province compte sept territoires, une ville et la cité de Yangambi où sont implantées une institution d’enseignement supérieur et universitaire (IFA YANGAMBI) et un grand centre de recherche agronomique (INERA) en territoire d’Isangi, jadis le meilleur d’Afrique dans le domaine de recherches agronomiques. Bafwasende, Banalia, Basoko, Isangi, Opala, Ubundu et Yahuma sont les sept territoires que compte la province.

    Particularités de la province

    Traversée en grande partie par le fleuve Congo, la Tshopo détient le plus grand couvert forestier dont la réserve de biosphère de Yangambi dans le territoire d’Isangi. Elle partage aussi avec la province de Maniema le parc de la Lomami dans le territoire d’Ubundu, où l’on trouve également la réserve forestière de Yoko, domaine de recherche de l’université de Kisangani (3e du pays). Des gisements d’or et de diamant sont exploités dans les territoires de Bafwasende, Banalia et Basoko.

    Section III : Vue socioéconomique de la province
    Les grandes entreprises de la province, localisation et secteurs d’activités
    ENTREPRISESLOCALISATIONDOMAINE D' ACTIVITÉEtat actuel ÉTAT ACTUEL
    BRALIMAKisanganiBrassicoleEn activité
    BUSIRA LOMAMIISANGIAgriculture (Huilerie)En activité
    PHC-FERONIA/LOKUTUISANGI et YAHUMAAgriculture (Huilerie)En activité
    FEZUTAKisanganiIndustrie AgroalimentaireEn activité
    SOTEXKIKisanganiTextileFonctionne à 5%
    BELTEXCOKisanganiCommerce généralEn activité
    PLAZAKisanganiCommerce généralEn activité
    SPIECUbundu (PK 42 Ituri)Agriculture (Huilerie)En activité
    SORGERIEKisanganiSavonnerieFermée
    Congo FuturKisanganiCommerce généralEn activité
    Lobbi CongoUbunduAgriculture (Hévéa)Fermée

    On compte quelques entreprises publiques telles que la Société National d’Electricité (SNEL), la REGIDESO, la SNCC (Kisangani et Ubundu) qui sont en activité, bien que n’arrivent plus à couvrir la demande locale faute des capacités productives.

    Dans les années 70, la province faisait la fierté du pays comme poumon économique avec les grandes firmes industrielles à savoir la BRALIMA, la SOTEXKI, l’UNIBRA (liste non exhaustive). La destruction du tissu économique au niveau national, n’a pas épargné la province et plus particulièrement la ville de Kisangani. L’UNIBRA fermera ses portes pour ne fonctionner qu’ailleurs, la SOTEXKI, par la chute de la production cotonnière à DINGILA (CODENORD) sera obligée de fonctionner qu’à 5% de sa capacité. La BRALIMA a su résister aux différents chocs internes comme externes. Malgré ce tableau sombre, la réhabilitation de la RN4 (Kisangani-Ituri-Beni-Butembo-Goma) a permis la reprise des activités économique d’envergure. Le développement et les investissements constatés ces dernières années dans le secteur pétrolier permettent de créer des emplois pour la population locale.

    Principales zones de concentration d’activités économiques et défis majeurs

    La ville de Kisangani est le principal centre de concentration des activités économiques de la province. Les chefs-lieux des territoires constituent aussi des centres importants, particulièrement ceux traversés par la route nationale N° 4 (Bafwasende et Banalia) et ceux traversés par le fleuve (Ubundu, Isangi, Basoko) à cause des trafics routier et fluvial. Le chef-lieux du territoire d’Ubundu jouit de la jonction multimodale. Il est le point de départ vers Kindu (Maniema) par le fleuve et le point de départ par route (route provincial Kisangani-Ubundu, 125 km) et par train (SNCC) sur 125 km. Malheureusement les infrastructures (rails et gars) sont vétustes et la route impraticable depuis plus de deux ans.

    Principales infrastructures économiques et défis majeurs

    L’aéroport international de Bangboka, le port de l’ONATRA et la route nationale 4 (RN4) partant de la province de l’Ituri à celle du Bas-Uélé, traversant notamment les territoires de Bafwasende, Ubundu et Banalia sont des infrastructures économiques majeures de la province.

    Répartition des activités par secteurs d’activités économiques
    Principales sources de revenu des ménages
    Territoire%Agri%Maraichère et jardin%Pêche%Elevage%Petit commerce%Métiers informels%Travail salarié%Autres
    Bawfasende580021012135
    Banalia7001711533
    Basoko7013545120
    Isangi6559116040
    Opala6706742112
    Ubundu6617672101
    Yahuma710664193

    La population de la Tshopo vit essentiellement de l’agriculture, principale source de revenu pour plus de 65% des ménages. La pêche est plus pratiquée dans les territoires traversés par le fleuve Congo et des rivières. Les activités minières sont est une source de revenu pour une minorité dans les territoires de Bafwasende et Banalia, bien que pas repris dans le tableau ci-dessus.

    De la production locale

    LA PROVINCE EST REPUTÉE POUR LA PRODUCTION DE CÉRÉALES, PARTICULIÈREMENT LE RIZ AVEC LES TERRITOIRES D’OPALA ET BANALIA, PRODUISANT RESPECTIVEMENT LES MARQUES DÉNOMMÉES « RIZ OPALA » ET « RIZ BAMANGA ». ON NOTE AUSSI LA PRODUCTION DE BANANE DANS LES SEPT TERRITOIRES, DE MAÏS ET DE MANIOC. LE TERRITOIRE D’UBUNDU, SE DISTINGUE PLUS DANS LA PRODUCTION DES ARACHIDES (BASSIN DE LOWA). LES TERRITOIRES DE ISANGI, YAHUMA ET UBUNDU AMÉLIORENT LA PRODUCTION D’HUILE DE PALME, GRÂCE À LA PRÉSENCE DES ENTREPRISES INDUSTRIELLES (PHC ET SIPEC). ON NOTE EN FIN LA PRODUCTION D’HÉVÉA À UBUNDU EN VOIE DE DÉCLIN COMME À BANALIA ET BAFWASENDE.

    Des biens importés 
    BiensProvenance
    Haricot, le RizBunia, Butembo
    OgnonBunia, Butembo,Goma
    Huile végétaleKinshasa, Kampala
    ArachideBas-Uélé et Haut-Uélé
    SucreKinshasa, Kampala
    Taux de change et prix du carburant au litre à la pompe
    Taux de change flottant et prix du carburant appliqué au mois de Janvier 2023
    Vendeur: 1$ = 2100 FCAcheteur: 1$ = 2300 FC
    Prix du carburant à la pompe1 Litre = 3400 FC
    Prix du Gasoil à la pompe1 Litre = 3600 FC
    Agriculture et défis de développement rural
    Cultures vivrièresCultures pérennes
    CulturesTerritoires par ordre d’importanceCulturesTerritoires par ordre d’importance
    RizOpala, Banalia, Ubundu, Isangi, Basoko, Yahuma et BafwasendeHévéaUbundu, Banalia
    BananeBanalia, Ubundu, Isangi, Opala, Basoko, Yahuma et BafwasendeCacaoBanalia, Ubundu, Bafwasense et Isangi
    ManiocOpala, Basoko, Ubundu, Yahuma, Isangi, Banalia et BafwasendeHuile de palmeIsangi, Ubundu, Yahuma, Banalia, Opala, Basoko et Bafwasende
    ArachideUbundu, Bafwasende, Yahuma, Basoko et Banalia

    La pêche artisanale est plus pratiquée dans les territoires de Isangi, Ubundu, Basoko, Opala.

    Les défis majeurs de développement du secteur agricole dans la Tshopo restent le faible taux d’accès aux services sociaux de base (encadrement, structuration et appuis aux producteurs) et le déficit infrastructurel, particulièrement les routes et voies d’évacuation, en plus de la structure des marchés locaux.

    Education

    La province de la Tshopo compte deux divisions éducationnelles. La division Tshopo 1 basée à Kisangani, couvre en plus de la ville de Kisangani, les territoires de Bafwasende, Banalia et Ubundu. La division Tshopo 2 basée à Isangi, couvre les territoires de Basoko, Isangi, Opala et Yahuma.

    L’université de Kisangani est la plus grande institution d’enseignement supérieur et universitaire de la province comptant 8 facultés y compris la faculté des sciences. Elle joue au niveau de la province le rôle de gestion de la conférence des établissements d’enseignement supérieur et universitaire de la province. L’on compte également IFA-YBI (Institut facultaire des sciences agronomiques de Yangambi), UMC (Université Mariste du Congo), ULK (Université libre de Kisangani, groupe ULK-Kinshasa), ISTM, ISP Kisangani, ISEA-Bengamisa (Institut supérieur d’études agronomiques de Bengamisa) et quelques institutions dans les territoires.

    Environnement et enjeux de développement durable

    Située en pleine zone équatoriale, la province de la Tshopo est quasiment couverte par des forêts denses et humides. L’Université de Kisangani, grande institution de recherche et d’enseignement universitaire de la province, dispose d’un centre de surveillance de biodiversité. La mise en place de cette structure de haute porté scientifique, est justifiée par les valeurs biologiques et éco systémiques de la zone Tshopo et ses environs.

    La réserve de biosphère de Yangambi, constitue un des poumons écologiques de la province et de la République Démocratique du Congo. La province dispose en plus d’un réseau hydrographique important et d’un climat favorisant le développement de l’agriculture.

    • Parcs et aires protégés par territoire

    La province compte le parc de la Lomami, partagé avec les provinces de Maniema, de la Tshuapa et le parc de Maiko partagé avec la province du Nord Kivu. Elle a un jardin zoologique situé au bord de la rivière Tshopo, une réserve forestière appelée YOKO à 32 km de la ville sur l’axe Kisangani-Ubundu.

    • Sites touristiques

    Sur le plan touristique, la province peut compter sur la pêcherie des wagenya, le jardin zoologique de Kisangani sur la cote de la rivière Tshopo, de jardin botanique de la faculté des sciences.

     

    Energie et accès à l’eau potable

    La province dispose de la centrale hydro électrique de la Tshopo avec une capacité de 15 MW alors que la demande, elle est de 40 MW.

    Avec l’expansion démographique et urbanistique, cette dernière n’arrive plus à couvrir le besoin en électricité dans la ville. Le barrage de la centrale hydroélectrique de la Tshopo, actuellement en incapacité de couvrir la demande en électricité dans la ville. En décembre dernier suite à une panne la production a baissé jusqu’à 2,5 MW. Conséquence la ville était dans le noir pendant les festivités de fin d’année 2019.

    Le taux de raccordement en électricité est de 23% en ville et 0 ;8% dans les territoires, grâce aux installation électriques de l’entreprise PHC dans le territoire d’Isangi ; alors que le taux d’accès est de 16% dans la ville de Kisangani et de 0,8% dans les territoires.

     

    Quant à l’accès à l’eau de la REGIDESO le taux de raccordement est de 39% dans la ville et de 0,056% dans le territoire. Seul le territoire d’Ubundu dispose d’une station de la REGIDESO. Le taux d’accès est de 21% dans la ville. Le programme du gouvernement village assaini, appuyé par l’UNICEF construit quelques sources aménagées dans certaines zones de santé, ce pendant le besoin est tellement grand. La DPS Tshopo ne cesse de décrier les notifications des pathologies d’origine hydrique et la persistance des épidémies notamment de choléra.

    Territoire/VilleRobinetPuits aménagéForage / PompePuits non aménagéSource aménagéeSource non aménagéeRivière / Lac / Cours d’eau
    Kisangani54,6%16,4%,5%4,3%14,0%10,1%0,0%
    Ubundu4,0%2,2%2,7%5,8%24,8%58,4%2,2%
    Opala0,0%7,7%0,0%3,6%11,2%70,9%6,6%
    Isangi0,0%7,2%2,6%32,0%30,4%26,3%1,5%
    Yahuma0,0%1,5%3,5%3,0%4,0%59,8%28,1%
    Basoko0,0%11,9%21,5%7,3%12,8%12,3%33,8%
    Banalia0,0%5,8%1,3%18,2%23,4%46,1%4,5%
    Bafwasende0,0%3,4%1,3%11,9%31,9%38,7%12,3%
    Déficit infrastructurel et niveau d’inter connectivité des réseaux locaux

    La province est traversée par des routes nationales et provinciales, la RN4 dans le territoire d’Ubundu (101 km) et de Bafwasende en terre battue en état de délabrement ; RN3 axe Kisangani-Lubutu dans le territoire d’Ubundu (156km) asphaltée mais délabrée et 106 km de route provinciale (Kisangani-Ubundu) en état de délabrement avancé. Le territoire de Banalia avec un réseau de 220 km de route nationale en terre battue dont 50% en moyen état et le reste à mauvais état, en plus de 206 km de route d’intérêt provincial en terre battue et à mauvais état, le territoire de Yahuma, 302 km de route nationale en terre battue et à mauvais état, le territoire d’Isangi avec 463 km de route provincial dont 390 km à mauvais état.

     

    Un vaste de réseau des routes de desserte agricole et pistes rurales sont non praticables. Il est composé de 509 km dans le territoire de Banalia, de plus de 800 km dans le territoire d’Ubundu jusqu’à sa limite avec le territoire de Punia dans le Maniema (axe Fataki-Obokote), de 190 km dans le territoire de Yahuma, 790 km dans le territoire d’Opala. Cet enclavement des principaux bassins de production entrave le développement du système agraire (accès au marché/coût d’évacuation de production), en plus d’affecter l’accès aux ménages aux gammes alimentaires copieuses.

    Kisangani est le carrefour de jonction de tous les axes Nord-Sud et Est-Ouest des voies de communications fluviales, aériennes, routières et ferroviaires pour les échanges économiques de l’ancienne Province Orientale. La province compte dispose de deux aéroports et de 12 ports dont 3 ports fluviaux principaux (Ubundu, Basoko et Kisangani).

    Le port d’Ubundu à 125 km de la ville de Kisangani est le plus grand de la province après le port de Kisangani et permet à la province voisine de Maniema de s’approvisionner en bien de première nécessité et autres marchandise à partir de Kisangani

    C’est depuis juillet 2017 que les travaux de réhabilitation de l’aéroport international de Bangboka ont été lancés. Bien que ses travaux évoluent, le temps consommé avec effets sur les conditions d’embarquement des voyageurs deviennent de plus en plus ennuyant.

    • Réseau ferroviaire

    La Tshopo possède un réseau ferroviaire entre Kisangani (à partir de la rive droite du fleuve Congo) et Ubundu (125 Km) qui nécessite une réhabilitation des engins et la voie.

    • Réseau fluvial, riverain et/ou lacustre

    Le fleuve Congo traverse la Province de la Tshopo en diagonale du Sud- Est au Nord-Ouest pour atteindre la Province de Mongala. Les grandes rivières telles que Tshopo, Lindi, Aruwimi, Lomami, Lowa, Lobae, Lindi sont aussi des voies utilisées pour évacuer les productions des territoires.

     

     

    Section IV : Brève présentation des données sectorielles
    Situation sanitaire

    La province est reputée pour la production de céréales, particulièrement le riz avec les territoires d’Opala et Banalia, produisant respectivement les marques dénommées « riz opala » et « riz bamanga ». On note aussi la production de banane dans les sept territoires, de maïs et de manioc. Le territoire d’Ubundu, se distingue plus dans la production des arachides (bassin de Lowa). Les territoires de Isangi, Yahuma et Ubundu améliorent la production d’huile de palme, grâce à la présence des entreprises industrielles (PHC et SIPEC). On note en fin la production d’hévéa à Ubundu en voie de déclin comme à Banalia et Bafwasende.

     

    La province compte 23 zones de santé dont 18 rurales et 5 urbaines. Un hôpital provincial (hôpital du cinquantenaire) et 23 hôpitaux généraux de référence, en raison d’un par zone de santé.

    L’hôpital du cinquantenaire organise les services tels que ;  Médecine interne, Radiologie, Pédiatrie, Gynéco-Obstétrique, Chirurgie, Laboratoire, Imagerie, pharmacie, Buanderie et maintenance, Urgences, soins intensifs et isolement.

    - CARTE SANITAIRE
    Agriculture et défis de développement rural
    Cultures vivrièresCultures pérennes
    CulturesTerritoires par ordre d’importanceCulturesTerritoires par ordre d’importance
    RizOpala, Banalia, Ubundu, Isangi, Basoko, Yahuma et BafwasendeHévéaUbundu, Banalia
    BananeBanalia, Ubundu, Isangi, Opala, Basoko, Yahuma et BafwasendeCacaoBanalia, Ubundu, Bafwasense et Isangi
    ManiocOpala, Basoko, Ubundu, Yahuma, Isangi, Banalia et BafwasendeHuile de palmeIsangi, Ubundu, Yahuma, Banalia, Opala, Basoko et Bafwasende
    ArachideUbundu, Bafwasende, Yahuma, Basoko et Banalia

    La pêche artisanale est plus pratiquée dans les territoires de Isangi, Ubundu, Basoko, Opala.

    Les défis majeurs de développement du secteur agricole dans la Tshopo restent le faible taux d’accès aux services sociaux de base (encadrement, structuration et appuis aux producteurs) et le déficit infrastructurel, particulièrement les routes et voies d’évacuation, en plus de la structure des marchés locaux.

    Education

    La province de la Tshopo compte deux divisions éducationnelles. La division Tshopo 1 basée à Kisangani, couvre en plus de la ville de Kisangani, les territoires de Bafwasende, Banalia et Ubundu. La division Tshopo 2 basée à Isangi, couvre les territoires de Basoko, Isangi, Opala et Yahuma.

    L’université de Kisangani est la plus grande institution d’enseignement supérieur et universitaire de la province comptant 8 facultés y compris la faculté des sciences. Elle joue au niveau de la province le rôle de gestion de la conférence des établissements d’enseignement supérieur et universitaire de la province. L’on compte également IFA-YBI (Institut facultaire des sciences agronomiques de Yangambi), UMC (Université Mariste du Congo), ULK (Université libre de Kisangani, groupe ULK-Kinshasa), ISTM, ISP Kisangani, ISEA-Bengamisa (Institut supérieur d’études agronomiques de Bengamisa) et quelques institutions dans les territoires.

    Environnement et enjeux de développement durable

    Située en pleine zone équatoriale, la province de la Tshopo est quasiment couverte par des forêts denses et humides. L’Université de Kisangani, grande institution de recherche et d’enseignement universitaire de la province, dispose d’un centre de surveillance de biodiversité. La mise en place de cette structure de haute porté scientifique, est justifiée par les valeurs biologiques et éco systémiques de la zone Tshopo et ses environs.

    La réserve de biosphère de Yangambi, constitue un des poumons écologiques de la province et de la République Démocratique du Congo. La province dispose en plus d’un réseau hydrographique important et d’un climat favorisant le développement de l’agriculture.

    • Parcs et aires protégés par territoire

    La province compte le parc de la Lomami, partagé avec les provinces de Maniema, de la Tshuapa et le parc de Maiko partagé avec la province du Nord Kivu. Elle a un jardin zoologique situé au bord de la rivière Tshopo, une réserve forestière appelée YOKO à 32 km de la ville sur l’axe Kisangani-Ubundu.

    • Sites touristiques

    Sur le plan touristique, la province peut compter sur la pêcherie des wagenya, le jardin zoologique de Kisangani sur la cote de la rivière Tshopo, de jardin botanique de la faculté des sciences.

     

    Energie et accès à l’eau potable

    La province dispose de la centrale hydro électrique de la Tshopo avec une capacité de 15 MW alors que la demande, elle est de 40 MW.

    Avec l’expansion démographique et urbanistique, cette dernière n’arrive plus à couvrir le besoin en électricité dans la ville. Le barrage de la centrale hydroélectrique de la Tshopo, actuellement en incapacité de couvrir la demande en électricité dans la ville. En décembre dernier suite à une panne la production a baissé jusqu’à 2,5 MW. Conséquence la ville était dans le noir pendant les festivités de fin d’année 2019.

    Le taux de raccordement en électricité est de 23% en ville et 0 ;8% dans les territoires, grâce aux installation électriques de l’entreprise PHC dans le territoire d’Isangi ; alors que le taux d’accès est de 16% dans la ville de Kisangani et de 0,8% dans les territoires.

     

    Quant à l’accès à l’eau de la REGIDESO le taux de raccordement est de 39% dans la ville et de 0,056% dans le territoire. Seul le territoire d’Ubundu dispose d’une station de la REGIDESO. Le taux d’accès est de 21% dans la ville. Le programme du gouvernement village assaini, appuyé par l’UNICEF construit quelques sources aménagées dans certaines zones de santé, ce pendant le besoin est tellement grand. La DPS Tshopo ne cesse de décrier les notifications des pathologies d’origine hydrique et la persistance des épidémies notamment de choléra.

    Territoire/VilleRobinetPuits aménagéForage / PompePuits non aménagéSource aménagéeSource non aménagéeRivière / Lac / Cours d’eau
    Kisangani54,6%16,4%,5%4,3%14,0%10,1%0,0%
    Ubundu4,0%2,2%2,7%5,8%24,8%58,4%2,2%
    Opala0,0%7,7%0,0%3,6%11,2%70,9%6,6%
    Isangi0,0%7,2%2,6%32,0%30,4%26,3%1,5%
    Yahuma0,0%1,5%3,5%3,0%4,0%59,8%28,1%
    Basoko0,0%11,9%21,5%7,3%12,8%12,3%33,8%
    Banalia0,0%5,8%1,3%18,2%23,4%46,1%4,5%
    Bafwasende0,0%3,4%1,3%11,9%31,9%38,7%12,3%
    Déficit infrastructurel et niveau d’inter connectivité des réseaux locaux

    La province est traversée par des routes nationales et provinciales, la RN4 dans le territoire d’Ubundu (101 km) et de Bafwasende en terre battue en état de délabrement ; RN3 axe Kisangani-Lubutu dans le territoire d’Ubundu (156km) asphaltée mais délabrée et 106 km de route provinciale (Kisangani-Ubundu) en état de délabrement avancé. Le territoire de Banalia avec un réseau de 220 km de route nationale en terre battue dont 50% en moyen état et le reste à mauvais état, en plus de 206 km de route d’intérêt provincial en terre battue et à mauvais état, le territoire de Yahuma, 302 km de route nationale en terre battue et à mauvais état, le territoire d’Isangi avec 463 km de route provincial dont 390 km à mauvais état.

     

    Un vaste de réseau des routes de desserte agricole et pistes rurales sont non praticables. Il est composé de 509 km dans le territoire de Banalia, de plus de 800 km dans le territoire d’Ubundu jusqu’à sa limite avec le territoire de Punia dans le Maniema (axe Fataki-Obokote), de 190 km dans le territoire de Yahuma, 790 km dans le territoire d’Opala. Cet enclavement des principaux bassins de production entrave le développement du système agraire (accès au marché/coût d’évacuation de production), en plus d’affecter l’accès aux ménages aux gammes alimentaires copieuses.

    Kisangani est le carrefour de jonction de tous les axes Nord-Sud et Est-Ouest des voies de communications fluviales, aériennes, routières et ferroviaires pour les échanges économiques de l’ancienne Province Orientale. La province compte dispose de deux aéroports et de 12 ports dont 3 ports fluviaux principaux (Ubundu, Basoko et Kisangani).

    Le port d’Ubundu à 125 km de la ville de Kisangani est le plus grand de la province après le port de Kisangani et permet à la province voisine de Maniema de s’approvisionner en bien de première nécessité et autres marchandise à partir de Kisangani

    C’est depuis juillet 2017 que les travaux de réhabilitation de l’aéroport international de Bangboka ont été lancés. Bien que ses travaux évoluent, le temps consommé avec effets sur les conditions d’embarquement des voyageurs deviennent de plus en plus ennuyant.

    • Réseau ferroviaire

    La Tshopo possède un réseau ferroviaire entre Kisangani (à partir de la rive droite du fleuve Congo) et Ubundu (125 Km) qui nécessite une réhabilitation des engins et la voie.

    • Réseau fluvial, riverain et/ou lacustre

    Le fleuve Congo traverse la Province de la Tshopo en diagonale du Sud- Est au Nord-Ouest pour atteindre la Province de Mongala. Les grandes rivières telles que Tshopo, Lindi, Aruwimi, Lomami, Lowa, Lobae, Lindi sont aussi des voies utilisées pour évacuer les productions des territoires.

     

     

    Section V : Projet de développement en cours
    Projet du gouvernement central

    Le programme de développement à la base des 145 territoires (PDL 145) exécuté à la Tshopo par le programme des nations unies pour le développement (PNUD) constitue le cadre fédérateur des interventions du gouvernement central en province. Selon ce programme il est prévu la réhabilitation et l’entretien des routes de desserte agricole, les œuvres d’arts y compris ; la construction, réhabilitation et équipement des centres de santé et écoles ; la construction des bâtiments administratifs et logements des autorités territoriales ; la construction des forages ; aménagement des sources d’eau ; la construction des mini-centrales solaire.

    On note également le projet de réhabilitation et de modernisation de l’aéroport international de Bangboka financé par le gouvernement central.

    Projets mise en œuvre par les partenaires au développement
    Partenaires au développementTerritoire couvertDomaine d’intervention
    Agences des nations unies
    PNUDBafwasende, Isangi et UbunduAgriculture, sécurité alimentaire et environnement
    UNICEFTous les territoires et la ville de KisanganiSanté (vaccination), nutrition et éducation
    OMSTous les territoires et la ville de KisanganiSanté (surveillance épidémiologique et vaccination)
    Organisations non gouvernementales internationales
    Enabel volet agricultureBanalia, Isangi et OpalaAgriculture
    Enabel volet santéTous les territoires et la ville de KisanganiSanté et nutrition
    OXFAM QUEBECUbundu, Bafwasende et ville de KisanganiSanté
    IMABanalia et UbunduSanté
    MSF BelgiqueTous les territoires et la ville de KisanganiUrgence santé
    MCSPOpala, Basoko et IsangiSanté
    Organisations non gouvernementales nationales et locales
    SANRUTous les territoires et la ville de KisanganiSanté
    APECTous les territoires et la ville de KisanganiSanté
    Action DamienTous les territoires et la ville de KisanganiSanté
    Section VI : Dispositif CAID de suivi et orientation des décisions par niveau

    La CAID compte sept Experts en développement affectés dans les sept territoires de la province, en raison d’un Expert par territoire. Ils sont en contact permanents avec les administrateurs des territoires et différentes autorités territoriales, aussi avec des correspondants sectoriels. Un point focal est désigné par Le Coordonnateur National chargé de la gestion des activités de la Cellule au niveau provincial et interagit avec les autorités provinciales. Il agit au nom et pour le compte de la structure et lui ai conféré la fonction de Coordonnateur Provincial (CP). Il participe aux travaux de planification des programmes de développement provincial.

    Les réalisations de la CAID dans la Tshopo sont les suivantes :

    • De 2016 à nos jours : Appui aux évaluations des campagnes agricoles
    • De 2015 à nos jours : Mise en disposition des données socioéconomiques des sept territoires
    • De 2016 à nos jours : Appui aux analyses de la sécurité alimentaire
    • 2019 : Appui à l’organisation et à la tenue des états généraux de l’agriculture et de la nutrition
    • 2019 : Participation active à l’élaboration du plan provincial d’investissement agricole (¨PPIA 2020-2024)
    • 2019 : Participation active à l’élaboration du plan provincial stratégique, multisectoriel de nutrition (PSMN 2020-2024)

     

    Section VII : Défis majeurs pour le développement de la province
    • Stabilité des institutions, gouvernance et restauration de l’autorité de l’Etat

    Sur le plan de stabilité, la province de la Tshopo a connu une pire législature de son histoire, celle en cours. Deux gouverneurs, avec un intérimeur qui a fait plus d’une année à la tête de la province suite aux tensions entre l’exécutif provincial et l’assemblée provinciale. Cela a été suivi des contestations des résultats des élections des gouverneurs de l’année dernière. Cette instabilité au niveau de l’institution gouverneur de province a eu des effets néfastes sur la mise en œuvre des différents programmes de développement de la province.

    • Des infrastructures

    La Tshopo est une des provinces à déficit infrastructurel criant. Les routes nationales, provinciales comme locales sont en état de délabrement.

     

    Section VIII : Atouts et opportunités de développement de la province
    • Une grande disponibilité en terres agricoles estimées à 15 965 360 d’hectare
    • Un marché provincial de près de 4 millions de personnes auxquelles il faut ajouter les populations des provinces voisines et des pays de la sous-région qui représentent un marché intéressant à saisir
    • Un mouvement associatif en émergence et en expansion dans l’ensemble de la province
    • Le réseau hydrographique important de la province, composé des cours d’eau très poissonneux, des chutes et rapides
    • La présence des quelques unités industrielles
    • Une faune, une flore et un sous-sol riche (fer non exploité dans le territoire de Banalia)
    • L’interconnexion entre la Tshopo et d’autres provinces, voir pays par voie routière, ferroviaire ou fluviale.
    Galerie photos
    université de kisangani
    Cathédrale notre dame
    faculté des sciences sociales, administratives et politique
    Sotexki kinsangani
    previous arrow
    next arrow
     
    A PROPOS DE NOUS

    La Cellule d’Analyses des Indicateurs de Développement, CAID en sigle, est un service rattaché au Secrétariat Général de la Primature et a pour objectifs principaux: La récolte des données socio-économiques par territoire à publier sur le portail web caid.cd, La mise à disposition des données au public, monde scientifique, investisseurs, chercheurs, etc, et enfin l’évaluation de l’exécution des programmes et des politiques publiques des Gouvernements Centraux et Provinciaux.

    RESEAUX SOCIAUX
    Newsletter

    Copyright © 2022 CELLULE D'ANALYSES DES INDICATEURS DE DÉVELOPPEMENT (CAID)