Boende

Situation géographique

Province : 25

Superficie : 19 718 km²

Démographie

Population : 318 531

Source Population : Rapport annuel 2015 de l’administration du territoire

Ordonnance de création

Le territoire de Boende est le chef- lieu de la nouvelle province de la Tshuapa. Il fut créé par un arrêté royal de 1922. Il est situé à l’Est de Mbandaka ancien chef-lieu de la grande province de l’Equateur. C’est une entité décentralisée. Il est limité au Nord par territoire de Befale et Bolomba ; au sud, il est longé par la rivière Salonga qui fait frontière avec le territoire de Bokungu et Monkoto y compris le parc de la Salonga, à l’est par le territoire de Bokungu et Djolu puis à l’ouest par le territoire de Bolomba et Ingende. Il a comme secteur Lofoy, Bolua,Wini, Djera.

Coordonnées géographiques

0° 13′ latitude sud
20° 50′ longitude est
Température: varie entre 25° et30°

Climat

Le territoire de Boende connait un seul climat équatorial dominé par des pluies abondantes et entrecoupées par des saisons sèches.

Hydrographie, Végétation et Sol

Nous retenons 4 rivières à savoir :
– Salonga
– Maringa
– Lomela
– Tshuapa
La grande forêt équatoriale

Argilo-sablonneux ; le relief est celui de la cuvette centrale mais moins accidenté.

Données géographiques

Le territoire de Boende se situe dans la province démembrée de l’Equateur au sein même de la grande forêt équatoriale qui renferme plusieurs essences. Le territoire présente des grandes potentialités. L’agriculture serait un grand atout vu qu’il pleut pratiquement toute l’année et aussi le sol répond à plusieurs cultures. Entouré des eaux, la pêche serait aussi une éventualité si les pêcheurs était dotés des matériels adéquats pour mieux organisé activité et pouvoir conserver le fruit de leur travail.
En parlant de forêt, on voit aussi son exploitation qui profiterait énormément à la population autochtone.

Langues parlées

– Lingala
– Lomongo
En dehors du français, le lingala est la langue la plus parlée dans le territoire de Boende. Par ailleurs, le Limongo est leur dialecte car ce territoire est occupé par le peuple Mongo.

Situation économique

Principales Activités :

– Agriculture

– Pêche

– Chasse

– Commerce

– Elévage

Voies économiques

Voie Route : 1

Voie Navigable : 1

Voie Train : 0

Voie Avion : 1

Taux Change Vendeur : 940

Taux Change Acheteur : 920

Principaux Produits Agricoles :

– Manioc :  60%

– Maïs : 30%

– Riz :10%

Hormis la culture de mais et de manioc, les habitants de Boende ne s’intéressent pas à d’autres cultures comme le riz, l’arachide, le haricot. La population ne s’adonne pas à l’agriculture sauf celle de subsistance. On est face à une population fainéante. Autrefois il y a eu l’existence des plantations des caféiers pratiqués par des planteurs indépendants découragés suite à des guerres et les plantations ont été transformées en forêt. Le maïs cultivé, est plus souvent utilisé pour la fabrication d’alcool local (lotoko) et le manioc transformé en chikwangue appelé mombita et, il est aussi consommé sous forme de manioc trempé et préparé appelé ntuka en langue locale. Il constitue l’aliment base des habitants de Boende. L’état des routes ne permettant pas l’évacuation et l’échange des surplus de production, les agriculteurs sont donc découragés.

Principales sources d’énergie :

Nombre d’opérateurs Économique : 55

Principaux Opérateurs Économiques:

– Les chinois et indiens, le commerce général

– Luende et fils

– Kapfret (transport aérien des produits agricoles et autre)

– Blanchard commerce général

– Soficom et solidaire

Le manque d’infrastructures routiers et les guerres ont perturbé l’économie du territoire. Plusieurs grandes exploitations d’hévéa (hévéa Wasthi), café ont étés abandonnées ou encore sont tombé en faillite suite à la mal gestion. Aujourd’hui la présence des chinois et des indiens est d’une grande importance pour la population de Boende. Surtout en matière des prix de biens de premières nécessités. En plus, il y a un aérodrome, deux agences de fret font affaire entre Kinshasa et le territoire pour le transport des personnes et des marchandises. Le territoire est dépourvu de banque, les agences de transfert de fond offrent leur service à la population pour tout mouvement financier parce qu’il n’y a pas de banque.

Principales activités des opérateurs :

– Agence de freight

– Dépôt pharmaceutique

– Transfert des fonds

– Commerce général

Santé

Nombre Hôpitaux : 2

Nombre Centre Sante : 50

Commentaire Hôpitaux : 120

Maladies Récurrentes :

– Paludisme

– Infections respiratoires aiguës 

– Diarrhée simple

– Infections sexuellement transmissibles

– Hypertension artérielle et diabète

Le paludisme reste à 45% la première cause de mortalité, raison pour laquelle des moyens sont mis en œuvre pour éradiquer la maladie, suivi des Ira.

Le territoire de Boende a 2 centres hospitaliers : l’Hôpital Général de référence de Boende et celui de Wema qui constitue les 2 zones de santé du le territoire.
La zone de santé de BOENDE compte 33 centres de santé et 55 postes de santé. L’idée de création de l’HGR Boende est né vers les années 1950 et fut installé dans le bâtiment pharmaceutique et c’est seulement vers 1957 que les Luluabourg et les kazaniens sous l’impulsion du gouvernement de Coquelathville (Mbandaka) sont venus pour la construction des bâtiments des services généraux, et bâtiment administratif.
Et juste après l’indépendance du Congo les expatriés rentrèrent chez eux et une année plus tard, l’hgr recevra le 1er médecin congolais docteur Ekofiloko ainsi que quelques religieuses catholiques avec bon nombre des équipements et des médicaments pour faire fonctionner l’hôpital .Des services comme la chirurgie ,les urgences ,la pédiatrie, la médecine interne ,chirurgie et des services comme la dentisterie ,ophtalmologie qui manquent. Il n’y a pas des médecins spécialistes. L’hgr a une capacité d’accueil de 90 lits et un flux mensuel moyen de 175 malades. L’hôpital fonctionne avec une moyenne de 9médecins et 58 paramédicaux dont 29 infirmierA1 ,24 A2.
A 120 km de BOENDE nous avons l’hôpital de référence de Wema qui fut créé par les missionnaires protestants. C’est un centre de santé qui fait office d’un hôpital. On y trouve 3 médecins et sa capacité d’accueil est de 50 lits, mais 30 seulement sont montés. Le revenu de la population de Boende étant minime l’accès aux soins de santé est un luxe. La population est pauvre. Cela ne leur permet pas d’accéder aux soins de santé. Généralement, ce sont les plus démunis qui vont se faire soigner à l’hgr. Les bâtiments sont dans un état macabre suite aux manques d’entretien. C’est un grand hôpital avec une grande capacité d’accueil. Les pavillons sont en état de détresse. Certaines informations nous disent que certains fonds alloués à la réhabilitation des hôpitaux n’arrivent pas à destination. S’il faut le faire, adopter l’option prise comme dans des projets PRISS et autres.
Il y a un groupe électrogène de la division provincial de la santé qui n’alimente l’hôpital que le soir. Il existe aussi d’autres centres de santé dans le territoire. En outre le territoire de Boende comprend plusieurs centres hospitaliers dans tous les secteurs

Education

Nombre Ecoles : 244

Nombre Universités : 0

Photos Universités : 3

Institut supérieur

Entité /secteur

Filières

Nombre annuel d’étudiants

Nombre des professeurs

  

CT

Assistants

1 ISC

Boende

Sciences commerciales et financières

Secrétariat et administration

Gestion informatique

114

2

8

19

2 ISP

Boende

Lettres

Sciences humaines

Sciences exactes

Sciences techniques

143

2

3

61

3 ISTM

  

_

_

_

4 UCE

  

_

_

_

Le territoire de Boende compte 4 universités et Institut Supérieur à savoir : L’institut supérieur pédagogique, l’institut supérieur de commerce, l’université cardinale Etsou et l’institut supérieur des techniques médicales

Pour toutes ces institutions, il y a un problème d’infrastructure

– L’institut supérieur de commerce (ISC) organise des filières comme la gestion informatique avec comme option : l’analyse et programmation. L’ISC organise aussi le secrétariat et administration, option secrétariat de direction et l’administration publique et les sciences commerciales et financières ; option secrétariat de direction et administration publique. Le problème d’infrastructure sévit au point ou les étudiants en sciences informatiques n’ont jamais touché à des ordinateurs, il n’y a pas des salles informatiques. Certains vont dans des bureautiques pour pratiquer.

– L’institut supérieur pédagogique (ISP), avec ses filières ont pour option : math physique, biochimie, français linguistique africaine, histoire et sciences sociales, agronomie vétérinaire, sciences commerciales et administratives et la gestion environnemental.

– Le problème récurrent des universités dans le territoire est le manque des professeurs qualifiés. La plupart des enseignements sont assuré par des assistants et chefs des travaux qui n’ont pas le niveau d’étude adéquat. Dans ces 2 universités, on compte 2 professeurs qui dispensent les cours dans ces différentes facultés.

Données culturelles

Le territoire de Boende a 4 secteurs dont les tribus et ethnies sont reparties de la manière suivante :
– Secteur de Bolua. On trouve l’ethnie mongo qui compte 8 groupements. A savoir :

   – Le groupement de Ntom’ekili, Ntoma-Boanga, Ntoma-Nkole, Mpombi, Nsana et Besongote qui représentent la tribu Bakutu ;
   – Le groupement Baseketulu, tribu Bosaka
   -Le groupement Bolenda, tribu Bongondo
– Secteur de Djera comprend 13 groupement, ethnie Mongo de la tribu Mbole

– Secteur de Lofoy a 12 groupements, ethnie Mongo de la tribu Ekota
– Secteur de Wini compte 10 groupements :
   – Le groupement Nkwe-Ngomamuna et Lokalo qui constituent la tribu de Bakutu ;
   – Le groupement Nongongomo, Nongelema, nongokwa et Intsike constituent la tribu Milenge.

Droit d'auteur et copie ;2023 CAID. Education Zone | Développé par Rara Themes. Propulsé par WordPress.