BEFALE

Situation géographique

Province : 25

Superficie : 16 797 km²

Démographie

Population : 168 674

Source Population : Rapport annuel 2015 de l’Administration du territoire

Le territoire de Befale a été créé par décret royal de 1911 après une guerre tribale qui opposait les groupements Lifindo et Lileko.

Il est une entité déconcentrée de la province de Tshuapa. Il est borné à l’Est par les territoires de Djolu et Bokungu, à l’Ouest par le territoire de Basankusu, au Nord par les territoires de Bongandanga et Djolu et au sud par les territoires de Bolomba et Boende. Le territoire de Befale compte 3 secteurs (Befumbo, Duale et Lomako), 29 groupements et 178 villages.

Coordonnées géographiques

– Longitude : 15° Est

– Latitude : 30° Nord et 15° Sud

– Altitude : 200 à 500 m

Données géographiques

Depuis l’époque coloniale jusqu’à ce jour les chefs de groupement et chefs de village sont désignés par l’Etat. Cette désignation était précédée par les études généalogiques réalisées par les colons.
Le système de parenté dans les trois secteurs (Befumbo, Duale et Lomako) est le patriarcat. Pour ce qui est du mariage, d’une manière générale, la dot est discutée entre les deux familles en termes de gramme de cuivre. Pour les groupements de Mooma, Yaama et Likonga, l’élément principal de la dot est la lance en fer (likonga). En cas du décès du mari ou de la femme, la coutume prévoit une cérémonie de séparation définitive avec le cadavre où la personne restée (homme ou femme) devrait restituer à titre symbolique une partie des biens de la dot.

Climat

D’après la classification de Köppen, le climat du territoire de Befale est du type Af : tropical humide avec des précipitations tous les mois de l’année ou presque, pas de saison sèche ou peu marquée. L’ensemble du paysage de cette région subit un climat dit équatorial avec une pluviométrie annuelle moyenne qui varie entre 1500 et 1800 mm. La période la plus humide va d’août à octobre et la durée de la saison sèche (janvier-février) est inférieure à 2 mois. La température moyenne minimale mensuelle varie entre 21.20 et 22.20°C et la moyenne maximale mensuelle varie entre 26.8 et 30.85°C (PFBC, 2006 cité par Balimbaki, 2012).

Hydrographie

Le territoire de Befale est drainé par plusieurs ruisseaux se jetant dans les rivières Maringa et Lomako. Seule la rivière Maringa est navigable. Outre ces deux rivières, le territoire de Befale est parcouru par plusieurs autres rivières. Les hautes eaux s’étalent d’octobre à décembre ; les bases eaux, de février à août.

Végétation

La plus grande partie du paysage du territoire de Befale est couverte de forêts denses humides dont les forêts de terre ferme et les forêts périodiquement inondées et/ou marécageuses qui longent les rivières et les ruisseaux. Les formations de terre ferme comprennent des forêts ombrophiles semi-sempervirentes à Scorodophloeus zenkeri et des forêts ombrophiles sempervirentes à monodominance de Gilbertiodendron dewevrei ou de Brachystegia laurentii. Les formations édaphiques comprennent des forêts ripicoles à Uapaca heudelotii, des forêts inondables à Oubanguia africana et des forêts marécageuses à Entandrophragma palustre et Coelocaryon botryoides (PFBC, 2006).

Sol

Les sols du territoire de Befale sont des ferrasols des bas plateaux de la cuvette. Ils sont dérivés d’une pénéplaine datant du pléistocène et occupent des bandes des terres fermes entre vallées marécageuses et terres fermes (Balimbaki, 2012).

Langues parlées

– Lingala 

– Lomongo 

– Longando 

Trois langues sont parlées dans le territoire de Befale. Il s’agit de lingala, lomongo et longando. Le lingala est la langue commune parlée par toute la population du territoire. Le lomongo est un dialecte parlé par la majorité de la population. Il est parlé dans les 26 groupements sur les 29 groupements que comptent le territoire de Befale. Ces groupements sont les suivants : Eos’eanse, Eos’aliko, Lileko, Lifindo, Lifumba, Loolo, Boilinga, Baringa, Esanga, Imende, Wamba-liindja, Iwoku, Bomandja, Lolingo, Bolongo, Mompono, Bolemba, Bolaka, Ekala nkoy, Bomwankoy, Likinduamba, Lombeolo, Bokumbelokole, Nsongo Mboyo, Looma et Boyela. Le longando est un dialecte parlé par la minorité précisément la population de groupements de Likongo, Moma et Yaama dans le secteur de Duale.

Situation économique

Main Activités :

– Agriculture

– Chasse

– Pêche traditionnelle

– Elévage

L’agriculture vivrière est la principale activité réalisée dans le territoire. Les principaux produits agricoles utilisés dans le milieu sont : le manioc, le maïs, l’arachide, le riz et les bananes plantains. Par manque de moyen d’évacuation de la production vers le centre de commercialisation, la production agricole du territoire est utilisée pour satisfaire aux besoins locaux.

La chasse est la deuxième activité la plus importante du territoire. Elle se réalise durant toute l’année. La réglementation de la période de chasse n’est pas en application dans le territoire sauf dans les zones périphériques de la réserve de Faune de Lomako.

La pêche se réalise aussi durant toute l’année. Les méthodes traditionnelles et les matériels de pêche utilisés dans le territoire ne permettent pas la réalisation d’une pêche durable. Ils causent de différents dégâts dans la nature précisément dans les écosystèmes aquatiques du territoire.

L’élevage extensif de porcs, chèvres, bœufs et de volaille se réalise aussi dans le territoire par certains ménages. La production issue de cet élevage est destinée à la consommation locale. Il n’existe pas des structures adéquates d’appui et d’encadrement des éleveurs dans le territoire. Une épidémie non encore identifiée a été remarquée chez les porcs en 2015. Cette épidémie a causé la mort de la quasi-totalité des porcs dans le territoire.

Voie Route : 1

Voie Navigable : 1

Voie Train : 0

Voie Avion : 0

Revenu Moyen : 500

Taux Change Vendeur : 930

Taux Change Acheteur : 910

Principaux produits agricoles

– Manioc

– Maïs

– Banane plantain

– Riz local

– Arachide

Le manioc est le produit agricole de base dans le territoire de Befale. Il est produit en grande quantité par les paysans. Sa production annuelle en 2015 s’élevait à 6.754 tonnes. Cette production est destinée à l’autoconsommation et à la satisfaction de besoins locaux. Dans les 3 secteurs que comptent le territoire de Befale (Befumbo, Duale et Lomako), le manioc est consommé sous forme de chikwangue (mombita et Engele), de tubercules bouillis (ntuka) et du fufu. Les feuilles (pondu) sont aussi appréciées par la majorité de la population. Le manioc constitue l’aliment de base de la population de Befale. Le maïs est également produit en très grande quantité dont la production annuelle en 2015 est estimée à environ 6000 tonnes. La quasi-totalité de sa production est utilisée pour la fabrication de l’alcool local appelé « Aguene ».

L’arachide, le riz local et la banane plantain sont produits en quantité moyenne pour répondre aux besoins locaux.

Il est à noter que la farine de manioc est rare dans le territoire de Befale car il n’y a pas de machine de transformation de fufu (en farine) dans le territoire.

Nombre d’opérateurs Economiques : 2

Principaux opérateurs économiques

– Contrefor qui œuvre dans l’exploitation forestière (exploitation de bois). Cette société appartient au Groupe Congo futur

– Socolo qui œuvre dans l’exploitation de l’hévéa (production et vente du caoutchouc). Socolo est une société privée, appartenant à Monsieur Nkema Lilo.

Le territoire de Befale compte 2 opérateurs économiques à savoir : Contrefor et Socolo. Les 2 opérateurs économiques œuvrent respectivement à Baulu dans le secteur de Lomako (pour Contrefor) et dans quelques villages se trouvant dans les 3 secteurs (Befumbo, Duale et Lomako) à savoir : Engunda, Liyala, Lifumba, Likako, Bombeka, Befori, Lisoko (pour Socolo).

– La société Contrefor a été créée en 2005. Elle comptait 160 ouvriers avant sa fermeture en avril 2015. Lors de la réouverture de ses activités en novembre 2015, l’effectif des employés n’est pas encore connu car elle avait résilié les contrats de tout employé avant sa fermeture.

– Socolo a été créée en 1978. Les plantations d’hévéa qui sont actuellement en possession de la société Socolo sont celles qui étaient laissées par de colons ou autres investisseurs. Actuellement la société Socolo compte 10 ouvriers. Ces derniers surveillent les différentes plantations. Socolo fait recourt aux différentes structures étrangères pour exploiter l’hévéa. C’est le cas de l’hévéa Camerounais (Hevecam) de 2012 à 2014. Pendant cette période, la quantité d’hévéa exploitée par cette structure s’élevait à 9.780 tonnes.

Principales Activités des opérateurs :

– Exploitation forestière (exploitation de bois)

– Exploitation de l’hévéa

Santé

Nombre Hôpitaux : 3

Nombre Centre Santé : 31

Comment Hôpitaux : 71

Maladies Récurrentes :

– Paludisme

– Infection respiratoire aigüe

– Diarrhée

– Infections sexuellement transmissibles

– Malnutrition

Selon les données statistiques issues du rapport annuel 2015 de l’administration du territoire, les structures de santé du territoire ont enregistré 8.296 cas de paludisme, suivi de 6.312 cas d’IRA, 4.300 cas des IST, 2.320 cas de diarrhée et 1.400 cas de malnutrition.

Le territoire de Befale dispose de trois hôpitaux (deux HGR et un hôpital évangélique), de 31 centres de santé et de 34 postes de santé (Rapport de deux bureaux centraux de Befale, 2014).
La distance moyenne entre les domiciles et les structures de santé est en moyenne de 10 km (Propos de médecins chefs de zone de santé du territoire de Befale). Les 2 HGR sont étatiques par contre l’hôpital évangélique de Baringa est privé. Le plus grand hôpital du territoire est l’HGR de Befale qui se trouve dans le secteur de Befumbo. Il a été construit en matériaux durables et date de 1951.
Il est assez délabré comme c’est le cas pour les deux autres hôpitaux, les centres de santé et les postes de santé du territoire de Befale. L’HGR de Befale a une capacité d’accueil de 128 lits mais seulement 28 lits sont disponibles (Propos de Médecin Directeur de l’HGR de Befale appuyé par une visite de l’HGR effectuée par l’expert en développement du territoire de Befale). Ces lits sont fabriqués à l’aide d’une liane appelée rotin et sont souvent sans mousses.
Les différents services qu’offre l’HGR de Befale sont les suivants : Médecine générale, pédiatrie, chirurgie, gynécologie, médecine interne … L’HGR de Befale compte 2 médecins généralistes (le médecin chef de zone de santé et le médecin directeur) et 22 infirmiers.
Quant à l’HGR de Mompono (qui est devenu un HGR en 2004) et l’hôpital évangélique de Baringa, ils ont respectivement une capacité d’accueil de 35 lits (mais seulement 5 lits sont installés) et 72 lits. Ces hôpitaux offrent les services ci-après : médecine générale, pédiatrie, gynécologie, chirurgie, médecine interne… Ils ont un personnel médical respectivement d’un médecin généraliste qui est souvent appuyé par le médecin chef de zone de santé de Mompono et de 14 infirmiers (pour l’HGR de Mompono) et d’un seul médecin généraliste et 22 infirmiers (pour l’hôpital évangélique de Baringa).
Les centres de santé ainsi que les postes de santé du territoire de Befale comptent en moyenne 3 infirmiers et 1 infirmier respectivement. Seul le centre de santé de Boonia dispose d’un médecin généraliste.
Tous les hôpitaux du territoire de Befale n’offrent difficilement les soins spécifiques (comme la dentisterie, la cardiologie, la dermatologie, l’ophtalmologie…) suite au manque de médicaments spécialisés, manque d’appareils appropriés et au manque de spécialistes.
Toutefois les soins préliminaires sont illustrés aux malades par les médecins généralistes des hôpitaux du territoire de Befale. En cas de complication, les malades sont transférés à Mbandaka ou à Kinshasa.
Les populations du territoire de Befale trouvent facilement des médicaments contre le paludisme grâce à l’ONG ADRA (qui est appuyée par le Fonds mondial) qui approvisionne les structures de santé de deux zones de santé du territoire de Befale. Les pharmacies (qui ne sont pas nombreuses et ne répondent pas aux normes) s’approvisionnent en médicaments contre le paludisme à Boende, à Mbandaka ou à Kinshasa. Les médicaments contre d’autres maladies comme l’IRA, l’IST, la diarrhée… ainsi que les médicaments spécialisés sont rares dans le territoire et doivent être commandés à Boende, Mbandaka ou Kinshasa en cas de nécessité. Toutefois le coût des médicaments contre le paludisme est cher par rapport au niveau de vie de la population de Befale (avec un revenu journalier moyen de 500 franc congolais) car une plaquette de 10 comprimés de paracétamol coute 200 franc congolais, une plaquette de 10 comprimés de 500 mg de quinine coute 2500 franc congolais. En moyenne avec 6000 franc congolais on peut acheter les médicaments pour soigner respectivement les IRA et la diarrhée.

 

Education

Nombre Ecoles : 145

Nombre Universités : 0

Photos Universités : 1

Comment Universités :

Université/Institut supérieur

Entité/Secteur

Filières

Nombre annuel d’étudiants

Nombre de professeurs

Nombre de CT

Nombre d’assistants

Institut Supérieur de Techniques Médicales

Befumbo

Sciences médicales

15

0

0

12 (tous sont de sexe masculin)

L’Institut Supérieur de Techniques Médicales de Befale (ISTMB) est le seul établissement supérieur qui fonctionne à Befale. Il se trouve dans le secteur de Befumbo précisément à Befale centre. L’ISTMB a vu le jour le 15 octobre 2015. Pour cette année académique (2015-2016), l’ISTMB fonctionne avec une seule promotion à savoir : le premier graduat. Les deux promotions montantes (deuxième et troisième graduat) verront le jour progressivement avec les mêmes étudiants inscrits cette année en premier graduat. Il compte en moyenne 15 étudiants (inscrits) en premier graduat. L’ISTMB n’a pas un bâtiment. Il loue un espace dans la concession de l’hôpital général de référence de Befale. L’ISTMB compte 12 assistants (tous sont de sexe masculin) parmi lesquels nous trouvons les licenciés et les gradués. Les cours sont dispensés par les assistants. Selon les propos du secrétaire général administratif, l’ISTMB fera appel à 2 professeurs (visiteurs) provenant de Boende.

Il sied de signaler la fermeture (cette année) par l’arrêté ministériel de l’ESU de l’ISP Befale qui était une extension de l’ISP Boende. La raison qui motive cette fermeture est le manque d’infrastructure de base.

Données culturelles

La population du territoire de Befale appartient à l’ethnie Mongo qui comprend les tribus ci-après : Nsong’Ekelese, Lonola, Mongando, Elinga, Bolifa, Loma et Nsongo-Mboyo.
La tribu Mongando se trouve dans les 3 groupements (Moma, Likongo et Yaama) du secteur de Duale. Ce dernier compte 11 groupements (Mompono, Bolemba, Bolaka, Ekala Nkoy, Bomwankoy, Likinduamba, Lombeolo, Bokumbelokole, Moma, Likongo et Yaama.) Outre la tribu de Mongando, il existe 2 tribus dans le secteur de Duale (la tribu Elinga et la tribu Lonola.) Les Nsong’Ekelese et Bolifa sont les 2 tribus qu’on trouve dans le secteur de Befumbo. Ce secteur compte 15 groupement (Eos’eanse, Eos’aliko, Lileko, Lifindo, Lifumba, Loolo, Boilinga, Baringa, Esanga, Imende, Wamba-liindja, Iwoku, Bomandja, Lolingo et Bolongo.) Il existe 2 tribus dans le secteur de Lomako : Looma et Nsongo-Mboyo. Ce secteur comprend 3 groupements à savoir: Nsongo Mboyo, Looma et Boyela.
Toutes les tribus citées ci-haut sont des chasseurs à l’exception d’Elinga qui sont de pêcheurs. Le territoire de Befale est un territoire cosmopolite où vive aussi les tribus d’autres territoires ou provinces comme les luba, les tetela.

Droit d'auteur et copie ;2023 CAID. Education Zone | Développé par Rara Themes. Propulsé par WordPress.